There was an error in this gadget
Le but de ce blog est d'eduquer et de discuter a propos des desastres naturels avec un focus sur l'activite et la vulnerabilite sismique, de reporter des informations generales relatives au tremblement de terre d'Haiti du 12 janvier 2010 et aux tremblements de terre du monde. Il met l'accent sur les efforts de reconstruction d'Haiti et la necessite d'utiliser des techniques de conception des structures de batiments et construction parasismique dans la construction des infrastructures physiques.

Haitilibre.com / Les dossiers

Wednesday, June 15, 2011

Qu'est ce qui bloque la reconstruction de la capitale?

De Ayiti Kale Je

Partie 1 de 3

Port-au-Prince, 9 juin - Si la capitale haïtienne pouvait être reconstruite à partir de documents seulement, on en serait aux travaux de finitions.

Les présentations en PowerPoint, les PDF’s, les documents stratégiques, les rapports superbement schématisées et les discussions à n’en plus finir sur la « mixité sociale », les « villages urbains » et la « vision commune » circulent sur l’Internet ou s’empilent sur les bureaux et sur les tables. Des centaines de millier de dollars ont été dépensés dans l’organisation de conférences et réunions en Haïti et à l’étrange – Boston, Montréal, San-Juan… Mais à date, point de plan, ni, semble t-il, de vision commune.

En lieu et place, il y a des discussions interminables, une concurrence farouche, des désaccords voire des contradictions… mais, très peu de reconstruction.

Une enquête de deux mois, menée en collaboration avec des étudiants en journalisme de l’Université d’Etat d’Haïti et Ayiti Kale Je (AKJ) a révélé ce qui suit :

• Il y a au moins deux et peut-être trois propositions différentes pour les travaux à réaliser pour le centre ville de Port-au-Prince et pour la grande région métropolitaine.

• Au moins deux d’entre-elles sont le résultat de contrats payés par les caisses, déjà maigres, de l’Etat haïtien.

• La Mairie de Port-au-Prince – qui, en principe, est « financièrement et administrativement autonome » – a accusé le gouvernement central et ses différents ministères de l’écarter de toue planification, ce dans le but de « faire de l’argent sur le dos des victimes », selon le Maire Muscadin Jean-Yves Jason.

• Même au sein du gouvernement central, il semblerait qu’il existe deux plans concurrents, patronnés par deux ministères différents.

Le « SOS » des grands propriétaires

« Nous ne pouvons plus attendre! C’est un super projet et nous avons participé depuis le début et nous vous félicitons, mais nous ne pouvons plus attendre ! » s’est exclamée Michelle Mourra, une femme d’affaires, fondatrice du groupe « SOS Centre-ville » pour représenter les intérêts des propriétaires du bas de la ville.

Mourra s’exprimait à l’occasion d’une réunion organisée le mois dernier par le Maire Muscadin Jean-Yves Jason, à laquelle prirent part plus d’une centaine de propriétaires du centre-ville. Les participants ont pu entrevoir un plan mis au point par la municipalité de Port-au-Prince avec l’assistance technique de deux firmes haïtiennes. (AKJ détient une cassette vidéo de la réunion).

Mais la réunion ne s’est pas tenue au local de la Mairie, détruit lors du séisme du 12 janvier 2010. Elle a eu lieu au sixième étage du tout nouvel édifice de la Digicel, immeuble le plus élevé d’Haïti. Construit par une compagnie multinationale de téléphonie mobile il y a tout juste deux ans, la structure a résisté aux secousses alors que pratiquement tout s’écroulait aux alentours.

Que le Maire Jason et ses collègues travaillent depuis plus d’un an dans un immeuble climatisé en dit long sur l’état de l’administration publique et sur le processus de reconstruction en général. Très peu a été fait du point de vue de la reconstruction, plus de 17 mois après le séisme catastrophique qui a détruit ou sérieusement endommagé des maisons, entreprises, institutions et infrastructures telles que routes, ponts, réseaux d’eau et d’électricité, pour une valeur estimée à 4.3 billion de dollars US.

Dans certaines zones, les débris on été enlevés et quelques terrains ont été nettoyé et nivelé. Mais dans l’ensemble, le bas de la ville n'est que légèrement améliorée ; et dans certains cas la situation s’est même détériorée en raison de l’établissement de nombreux camps de réfugiés, de l’apparition de nouveaux bidonvilles, une augmentation du nombre de marchands de rue, les dommages aux fils électriques, etc.

Il y a de cela cinq mois, Jason a finalement posé la « première pierre » du nouveau bâtiment de la Mairie. Mais, ainsi que le titrait le quotidien haïtien Le Nouvelliste, « Quand sera posée la deuxième pierre? »

Comme Mourra a insisté cette après-midi , « Port-au-Prince ne peut plus attendre ! »

La salle, remplie des représentants des plus grandes entreprises haïtiennes et des familles les plus riches – qui ont contrôlée l'économie du pays pendant des décennies – Mevs, Mourra, Baboun, D’Adesky, Berhman, Helmke, etc, a vivement applaudi.

Frédéric Baboun s’est penché en avant en implorant: « Vous êtes le premier citoyen de cette ville ; nous ne savons plus à qui d’autre nous adresser! Vous devez prendre vos responsabilités car nous sommes fatigués de voir nos immeubles du centre-ville détruits… Cela fait déjà 15 mois qu’on est à l’écoute d’experts! »

En effet, le tremblement de terre n’a fait qu’accélérer la spirale descendante de la capitale haïtienne. Les voleurs ont profité de ce chaos crée par le séisme - volant les lampadaires, les portes, et mêmes les toilettes des bâtiments endommagés. De grandes parcelles de terrain endommagés ou détruits demeurent, le trafic dans le centre-ville est souvent arrêté pendant que les camionnettes et voitures essaient de contourner des amoncellements d’ordures, des tas de gravats et une explosion de vendeurs de rues.

Faisant le constat que le centre-ville pourrait bientôt devenir une “ ville fantôme”, les entreprises se sont relocalisées plus haut, sur les collines de Delmas et de Pétion-ville, Mourra a fait un plaidoyer pour faire pousser de l’avant le plan de reconstruction.

Mais il y a plus d’un plan en question pour la capitale haïtienne, et celui dont les Mourra et les autres propriétaires discute, n’est ni le premier, ni le dernier.

Prince Charles en Haïti?

Il y a un an, le 28 juillet 2010, le Ministre des Finances Ronald Baudin a déclaré, lors d’une des nombreuses réunions sur la reconstruction, « que la première étape de la reconstruction de la capitale commencerait au centre-ville et la Fondation Prince Charles (Prince's Foundation for the Built Environment) de Londres aurait à proposer un plan».

« Faisons du centre-ville un modèle qui préfigurera la zone métropolitaine de demain » a dit Baudin, qui préside le Conseil de Facilitation pour la Reconstruction du Centre-ville.

Environ six semaines plus tard, le 2 septembre, le gouvernement central définissait une zone de 200 hectares et le déclarait d’ « utilité publique » à la grande indignation des propriétaires de terrai dont certains avaient participé à la réunion du 19 mai.

La zone désignée "d'intérêt public."

Une fois qu’un plan final sera défini, l’Etat pourrait exproprier les biens, en remboursant les propriétaires à un prix « juste et équitable » comme cela avait été déclaré. Entre-temps personne ne pourra ni vendre, ni louer ou modifier leurs biens. Les propriétaires d’entreprises ont fait savoir à AKJ qu’ils ont du mal à obtenir des prêts bancaires depuis, parce que les banques ne veulent pas prendre de risques sur des propriétés qui n’ont pas une valeur sure.

Une semaine après la déclaration, sans un appel d’offre, le gouvernement haïtien a signé un contrat de $295,000.00 dollars US avec la Fondation Prince Charles. Les fonds provenaient des trésor public.

« Nous avons choisi la Fondation car elle est à but non-lucrative » a dit Beaudin à AKJ. « Nous nous sommes dit : ‘ faisons un choix là où un appel à la concurrence n’est pas nécessaire ‘ ».

Selon Baudin, le prix du marché pour une étude similaire serait de presque $1 million de dollars US.

La Fondation a choisi un partenaire – la société de planification urbaine américaine Duany-Plater-Zyberk (DPZ) – et a eu des réunions de consultations en automne dernier puis en janvier, pour entendre le point de vue les autorités, les gens d’affaires et les résidents de Port-au-Prince.

« C’est la première fois qu’il y a autant de consultations dans le cadre d’un programme gouvernemental » a dit Baudin.

A la fin avril, selon Baudin, les recommandations – une série d’options pour les 200 hectares étaient « presque terminées ». La Fondation n’attendait que les commentaires du gouvernement nouvellement élu, a dit Baudin. (Initialement le document final a été promis pour la mi-février).

« Je dirais que nous sommes à une phase très satisfaisante » a noté Baudin « mais ce n’est pas tout le monde qui est satisfait ».

Mais tous ne sont pas satisfaits

Voir la partie 2

No comments:

Post a Comment