There was an error in this gadget
Le but de ce blog est d'eduquer et de discuter a propos des desastres naturels avec un focus sur l'activite et la vulnerabilite sismique, de reporter des informations generales relatives au tremblement de terre d'Haiti du 12 janvier 2010 et aux tremblements de terre du monde. Il met l'accent sur les efforts de reconstruction d'Haiti et la necessite d'utiliser des techniques de conception des structures de batiments et construction parasismique dans la construction des infrastructures physiques.

Haitilibre.com / Les dossiers

Tuesday, January 31, 2012

Seisme ou secousse sismique au Cap-haitien le 23 janvier 2012?

Definissons le terme  seisme:
Un seisme ou tremblement de terre est la manifestation de la liberation d'energie accumulee par les contraintes exercees sur les roches. Cette liberation d'energie cree ou fait rejouer des failles au moment ou le seuil de la rupture mecanique des roches est atteint. Une faille est une discontinuite ou fracture affectant l'ecorce terrestre montrant un mouvement relatif de deux blocs separes par les failles.

 Une station de radio haitienne durant la semaine du 23 janvier 2012 declarait qu'un tremblement de terre frappa le Cap-haitien. Je me rendais sur le site de l'instititut geologique americain (USGS)  pour confirmer cette nouvelle. Cependant elle n'y etait pas affichee. Une autre recherche plus approfondie a permis de constater qu'un tremblement de terre de magnitude 5.1 frappa la Republique Dominicaine. D'apres le rapport de l'Institut Geologique Americain ce tremblement de terre avait une magnititude preliminaire de 5.1. Son epicentre se situait dans la ville cotiere de Rio San Juan a environ 250 kilometres nord de la capitale et a 35 kilometres nord-est de San Francisco de Macoris. L'institut sismologique de l'universite de Santo Domingo rapportait que son sismographe enregistra une magnitude de 5.4. Juan Manuel Mendez, le directeur du Centre des operations de secours declarait qu'il n'y avait pas eu de dommages. De faibles secousses furent ressenties au Cap-haitien et le long de la cote occidentale de Porto Rico.  Donc selon la depeche de Associated Press il n'y a pas eu de seisme  en Haiti mais plutot des secousses sismiques d'un seisme survenu en Republique Dominicaine. La Republique Dominicaine fut le siege d'au moins deux seismes durant le mois de Janvier 2012. Ces evenements sismiques poussaient les sismologues a affirmer que l'ile serait entree dans une periode de recurrence sismique des tremblents de terre survenus dans la republique d'Haiti durant le dix-huitieme siecle. En d'autres termes d'autres tremblements de terre sont donc predits pour l'ile.




Saturday, January 21, 2012

Rapport sur le processus de rehebergement des personnes deplacees deux ans apres le tremblement de terre

Deux ans apres le tremblement de terre de Janvier 2010 le gouvernement n'a pas de plan global pour resoudre le probleme de rehebergement des personnes vivant sous les tentes. En effet pres de 519.000 haitiens vivent encore sous les tentes et baches dans 758 camps pricipalement dans l'aire metropolitaine de Port-au-Prince et la moitie des debris n'a pas encore ete amassee. Le probleme d'acquisition de terrains pour construire des maisons pour les victimes du tremblement de terre est complexe. Il n'y a vraiment pas de plan de cadastre et le gouvernement n'a pas fait d'efforts pour identifier les terrains de construction ou pour resoudre les problemes poses par ces derniers.

 D'octobre 2011 les agences humanitaires ont construit 96.000 abris provisoires, 4.600 nouvelles maisons et repare 6.600 selon un rapport d'Oxfam. Mais les 96.000 abris provisoires construits risquent de se transformer en abris permanents. Une enquete devrait etre menee sur ces maisons construites et reparees pour juger de la surete de la construction tant au point de vue du respect des normes de construction en vigueur que des normes parasismiques et cycloniques. Les abris provisoires construits sont en majorite en bois, sont relativement couteux et ne peuvent  resister qu'a quelques saisons feroces de cyclones.

Entre-temps 126.000 personnes deplacees confrontent des menaces de deguerpissement force. Les proprietaires de terrains prives veulent des revenus de loyer et les gouvernements municipaux considerent les tentes comme des reperes de bandits. Le gouvernement central n'a pas de plan pour compenser les proprietaires de lots de terre afin que les personnes logees puissent y demeurer jusqu'a une relocalisation permanente.

La Reconstruction fonctionnne a pas de tortue  


Le processus de Reconstruction a marche lentement et pas tres effectivement. Le gouvernement actuel fait des promesses de rehebergement des personnes deplacees mais son plan d'execution a ce sujet n'est pas connu et il n'engage pas la population dans la direction du processus de reconstruction. Les pays donateurs ont contribue a la lenteur de la Reconstruction et durant l'annee 2010-2011 seulement 43% des $4.6 billions promis ont ete verses. De plus l'experience de la Commission Interimaire pour la Reconstruction a ete un echec.

Le gouvernement actuel demeure hesitant a exproprier les terres pour construire de nouvelles maisons. Sa priorite actuelle est la relocalisation de 30.000 personnes vivant dans six camps localises dans les places publiques de Port-au-Prince. Ces personnes viennent de 6 quartiers pauvres de la capitale. De plus 28.000 personnes vivant dans des maisons endommagees beneficieront du programme 16/6 qui accorde un don de $500 aux actuels locataires et $3.500 aux proprietaires pour reparer leur maison et permettre  aux locataires revenus d'y demeurer sans payer de loyer pendant une periode de deux a cinq ans. Le gouvernement se chargera de l'evaluation des maisons repareees. Le gouvernement ne dispose que $36 millions des $78 millions devolus a ce projet et les pays donateurs ont verse moins de la moitie des $97 millions promis pour l'annee 2011.

Haiti a besoin d'un plan clair de logement et de rehebergement avec un calendrier d'actions pour la relocalisation complete et permanente des personnes vivant sous les tentes. Le gouvernement ne doit pas s'enorgueillir d'avoir permis a certaines personnes deplacees de ne plus vivre sous les tentes quand bon nombre de ces personnes ont ete deguerpies des camps de force ou amiablement sans qu'on connaisse si elles soient relogees dans des abris decents ou non. Il ne s'agit pas de vider les camps mais que les personnes relocaliseees aient des conditions de logement et de vies plus decentes comparativement a la situation infernale vecue dans les camps de concentration. De plus la question d'abris provisoires doit etre posee autrement ils deviendront des abris permanents. De plus le gouvernement a refuse d'engager l'expertise de l'Entreprise Publique de Promotion des Logements Sociaux mais celle-ci s'est revelee efficace dans la construction de maisons capables de resister aux severes intemperies.

Le gouvernement doit accelerer le processus de la Reconstruction et permettre aux Haitiens de participer a la planification, la direction et l'evaluation du processus de Reconstruction. Le gouvernement doit creer une agence nationale de Reconstruction pour remplacer la Commission Interimaire de Reconstruction. Il doit aussi etablir ou revitaliser les mecanismes de coordination locaux et nationaux. Il doit impliquer, consulter, engager et communiquer avec les Haitiens en vue d'etablir un plan de deveveloppement et de Reconstruction humanitaire et equitable. Il doit etablir un plan clair de Reconstruction pour la construction de nouvelles maisons, la reparation des maisons existantes, le demolissement des batiments severement endommages et la reconstruction de ces derniers, la resolution du probleme des terres, un budget, un calendrier d'actions pour la relocalisation rapide et effective des deplaces. Il doit aussi eviter les problemes de deguerpissement des lots de terre en resolvant le conflit entre les proprietires et les envahisseurs. Un tel probleme ne pourrait etre resolu qu'en offrant a ces derniers des terrains publics pour construire efficacement ou construire des logements sociaux. Offrir des espaces publics aux gens de faibles revenus por construire leur propre maison sans la subvention et la supervision des organismes d'Etat responsables c'est encourager la bidonvillisation, la pauvrete et la planification de degats materiels et humains comparables a ceux vecus lors du tremblement de terre du 12 Janvier 2010. Le gouvernement doit gerer efficacement l'aide internationale, chercher des moyens creatifs de financement interne et de realisation des projets nationaux de developpement et de Reconstruction. L'Etat doit activement combattre la corruption et exiger aux redevables de payer les taxes. De plus il ne faut pas compter uniquement sur des millions pour realiser certaines choses. L'experience a montre que ces millions reviennent a leurs donateurs. L'engagement ds ressources humaines et materielles nationales peuvent compenser des millions que le pays attend et qui ont des effets devastateurs. L'Etat doit regulariser les organisations internationales et non-gouvernementales operant dans le pays et c'est le role du Parlement de voter des lois y relatives.  

Friday, January 13, 2012

La Republique Dominicaine tire des lecons du tremblement de terre en Haiti mais Haiti tire-t-elle des lecons d'autres pays qui ont ete ravages par les tremblements de terre?

En plus de l'ile d'Haiti la seconde  des plus grandes iles des Caraibes, Haiti et la Republique Dominicaine partagent un autre element commun: les failles sismiques.Les deux nations ont une longue histoire de tremblements de terre en plus de leur vulnerabilite aux cyclones. Tandis qu'Haiti continue de se recouvrir lentement du tremblement de terre catastrophique qui devasta la nation il ya deux ans, sa voisine la republique Dominicaine s'efforce de mieux se preparer contre les desastres futurs.
Au-dessous de la surface de la terre attractive et tropicale se trouvent deux grandes majeures failles sismiques qui preoccupent les experts en desastres naturels. La faille septentrionale du jardin de bananes d'Enriquillo a ete initialement crue comme etant la cause du tremblement de terre qui ravagea une grande partie de la capitale. On se soucie que cette faille puisse produire un nouveau tremblement de terre.    

La faille Septentrionale traverse aussi les deux pays. Bien qu'il ait ete tranquille durant les decades recentes, les experts pensent qu'il merite une certaine attention puisqu'une reduction d'activite peut suggerer un emmagasinage d'energie et un potentiel tremblement de terre dans le futur.  

Environ un des dix tsunamis oceaniques generes durant les 500 dernieres annees survint dans les Caraibes. En 1910 un tremblement de terre violent detruisit une grande partie du sud de la Republique Dominicaine incluant les provinces de Barahona, Azua et San Cristobal. Le tremblement de terre d'Haiti de 2010 genera un tsunami de 2 cm se propageant jusqu'a Santo Domingo, a une distance equivalente a 7 heures de traffic d'automobile de son epicentre a l'ouest de Port-au-Prince. Le 5 janvier de cette nouvelle annee un tremblement de terre de magnitude 5.3 frappa la Republique Dominicaine avec un epicentre situe a 34 milles ouest de la capitale Santo Domingo.   

Contrairement aux cyclones qui interviennent par saisons regulieres, les grands tremblements de terre surviennent apres de longues periodes du temps a la suite de plusieurs generations. C'est la raison pour laquelle en depit de l'enormite des pertes de vies humaines, les tremblements de terre disparaissent graduellement de la memoire collective avec tres peu de connaissances transmises sur la facon de reagir et de sauver des vies. 

" Nous nous concentrons sur les desastres sismiques precisement parce qu'il ya tres peu de gens ayant des experiences a ce sujet et cela les rend plus vulnerable alors qu'il n'y a personne pour leur dire ce qu'il faut faire", declare Daniel Stothart, Conseiller en Management de Desastre National du Plan International de l'organisation des droits de l'enfant dans la Republique Dominicaine

Le Plan a travaille dans la Republique Dominicaine depuis 1987 et a conduit des programmes de reduction des risques de desastres dans differentes provinces du pays durant une periode de plus de quatre ans. La participation des communautes, specialement les enfants et les jeunes est au centre de l'approche du Plan.


Dans une ecole d'Azua l'exercice de protection contre un tremblement de terre se pratique a merveille. Un professeur sonne une alarme indiquant des secousses sismiques. Immediatement les enfants se refugient sous leur bureau et se tiennent en position de defense. Quand le professeur annonce que les secousses ont cesse une annonce publique est faite et les enfants s'assemblent en ligne sur le terrain de jeu a l'exterieur. 


Des enfants comme Moise age de 9 ans ont ete entraines pour sauver leur propre vie et celle des autres durant les tremblements de terre. "Je n'ai jamais experimente un tremblement de terre aussi bien qu'aucun de mes parents ou amis. Mais maintenant je sais ce que je dois faire et comment reagir si cela arrive, " declare-t-il. Tous les eleves et le corps professoral de l'ecole Proyecto 2C participent a des exercices reguliers facilites par les volontaires du Plan. En plus de l'entrainement recu les enfants recoivent un materiel d'apprentissage facile, quelquefois sous forme de jeu, pour apporter a la maison et partager avec leur famille.   

"Riskland" est un de ces jeux, ou les joueurs apprennent ce qu'ils peuvent faire pour reduire les impacts d'un desastre en repondant aux questions relatives a differents scenarios de desastres. Les joueurs produisent leur reponse a ces scenarios. Les questions et les regles du jeu peuvent etre adaptees aux conditions specifiques de chaque communaute.

"Il est tres important que les enfants et les parents recoivent l'entrainement. Je sais que les enfants et les jeunes de mon ecole sont mieux informes et prepares que beaucoup d'adultes sur la facon de reagir aux situations de desastre. Ce qui est encore mieux c'est qu'ils transmettent l'enseignement a leur famille", declare le directeur de l'ecole Jose Nicolas Diaz. 

Des approches engageant le communautes pour minimiser l'impact des desastres sont importantes en Republique Dominicaine ou une grande partie des 10 millions d'habitants est vulnerable au risque sismique du a une planification inadequate et aux constructions de maisons peu resistantes. Construction de mauvaise qualite, manque d'acces a l'eau potable, les difficultes du transport public, la contamination des resources naturelles sont quelques-uns des plus grands defis que confrontent les communautes dans leur vie quotidienne entravant leur capacite a confronter les desastres naturels. A la fin de l'annee nous nous proposons d'atteindre 16000 personnes dans les regions urbaines telles Barahona et Villa Central faisant partie du programme de DIPECHO (le programme de preparation contre les desastres du departement d'aide humanitaire de la Commission Europeeenne) visant les risques sismiques, declare Stothart. La concentration dans les centres urbains est principalement due au risque majeur pose par la forte densite de la population et une planification inadequate des constructions.  Disposant de maigres resources de l'Etat pour se preparer contre les desastres ce sont des jeunes comme Junior Nunez age de 19 ans qui jouent un role de premier plan dans la reduction  du risque des desastres. Etudiant en Droit Junior a ete un volontaire du Plan pendant deux ans et passe presque tout son temps libre a animer des seances communautaire dans les villages sur l'entrainement et l'information des desastres naturels. Equipe d'une walkie talkie il est en communication constante avec la force locale de defense civile. "Je ne fais que diffuser la connaissance acquise par Plan au cours des annees", dit-il. "Je sais que les communautes doivent se proteger contre les desastres et qu'une action rapide peut sauver des vies".

Thursday, January 12, 2012

Dany Laferriere et la Reconstruction d'Haiti

"Le peuple représente l'espoir politique, c'est lui qui a gardé la stabilité"

Ecrivain, Dany Laferrière vit à Montréal. Il se trouvait à Port-au-Prince le 12 janvier 2010, à l'occasion d'un festival littéraire. Dans Tout bouge autour de moi (Grasset, 2011), il racontait le séisme.
Tout bouge-t-il encore autour de vous ?
Parfois, cela arrive, à l'improviste. Moins intensément qu'avant. On peut vouloir oublier, mais la mémoire n'obéit pas à la volonté. Des voisins, des amis, sont restés par terre et cela m'habite. La douleur est tapie en nous et surgit.
Votre façon de percevoir le temps a-t-elle changé ?
Le séisme a duré trente-cinq secondes. Des gens sont morts pour avoir bougé quelques secondes trop tard. Chaque seconde contient énormément de vies. Je ne sais pas ce que cela a changé. Il y a toujours eu des bouleversements dans ma vie. J'avais 23 ans, je travaillais dans un journal et, brusquement, j'ai dû tout quitter parce que je me battais contre la dictature. Mais c'est à petit feu que l'on change. Une part de moi est capable d'absorber, d'attraper, de transformer par l'écriture. Déjà sur place, j'ai commencé à écrire.
Etes-vous souvent retourné en Haïti depuis le séisme ?
Oui, à plusieurs reprises et notamment pour une manifestation littéraire organisée par Le Nouvelliste. Il y avait énormément de jeunes, c'était comme une ruche. Les Haïtiens sont venus de partout, des gens très pauvres, pour faire signer mon livre, cela m'a beaucoup ému. Je ne pensais pas que des gens dont la maison était par terre feraient cela. Ce festival m'a montré qu'Haïti ne mourrait pas.
Vous avez dit que l'art, consubstantiel à Haïti, devrait être une composante de la reconstruction.
Je ne pense pas que l'on soit déjà dans la reconstruction. On est encore dans les urgences et cela va durer. Port-au-Prince est une ville impossible, avec des heures d'embouteillage, peu d'électricité, des égouts à ciel ouvert. C'était déjà une capitale en faillite. Un plan est indispensable. Je ne sais pas dans quelle mesure il tiendra compte de la culture, mais elle est inscrite dans l'ADN des Haïtiens. Dans le monde entier, il y a une soif d'aller en Haïti. Depuis vingt ans, on n'y voit plus que des diplomates, des journalistes ou des ONG, mais le pays accueillera des touristes. Pas pour la plage. Parce que c'est une terre magique, un endroit irrésistible qui appartient au fantasme universel. Vous pouvez trouver Port-au-Prince repoussante, vous ne pourrez jamais la sortir de votre esprit. C'est une terre habitée.
Pensez-vous que la diaspora haïtienne soit assez associée à la reconstruction ?
Non, parce qu'il n'y a pas encore de projet. Mais la diaspora passe chaque jour par des canaux individuels, elle subventionne Haïti à hauteur de deux milliards de dollars par an. Sur le plan politique, quelques grandes réunions ont eu lieu, sous la houlette de (l'ex-président américain) Bill Clinton ou d'autres, pour associer la diaspora. Les ONG, à qui l'on a adressé beaucoup de reproches, intègrent de plus en plus d'Haïtiens dans leurs structures à l'étranger.
Le pays peut-il avoir retiré quelque chose de positif de cette catastrophe ?
Cette question a été au coeur des jours qui ont suivi le séisme. A cause, d'abord, de l'intérêt international que cette catastrophe a suscité. La faillite écologique de la capitale, l'impossibilité de creuser dans cette ville surpeuplée et insalubre ont montré que la situation devait s'améliorer. Ce n'est pas tant l'argent qui va manquer, mais savoir que faire. Il faut essayer de faire revivre des villes que les habitants avaient abandonnées pour venir à Port-au-Prince.
Après le malheur et la souffrance, le séisme a ouvert une brèche, faisant apparaître la nécessité de grands travaux. Il faudra au moins cinq bonnes années pour faire quelque chose. Haïti a-t-il des bases politiques assez solides pour cette reconstruction ? Malgré une instabilité épidémique, un clivage très fort entre nantis et victimes d'une misère extravagante, les kidnappings à l'aveuglette, il n'y a pas eu d'explosion ni de guerre civile. Le pays et Port-au-Prince se sont tenus. Tout tombait, tout le monde aurait dû sauter sur tout le monde. Mais le peuple n'a pas échoué dans son contrat social. C'est lui qui représente l'espoir politique, c'est lui qui a gardé la stabilité. Son humanité a résisté à tous les coups d'Etat, à tous les tremblements de terre. Il attend le moindre reverdissement.
Propos recueillis par Béatrice Gurrey Article paru dans l'édition du 12.01.12
http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/01/11/dany-laferriere-le-peuple-represente-l-espoir-politique-c-est-lui-qui-a-garde-la-stabilite_1628253_3222.html

Saturday, January 7, 2012

Des ouragans peuvent provoquer des tremblements de terre selon une etude de l'universite de Miami

Florida s'est accoutume avec la plupart des effets de puissants ouragans ( vents violents, marees hautes, etc).
Mais un autre impact des ouragans est qu ils peuvent provoquer des tremblements de terre selon une recente etude de l'universite de Miami. Bien que Florida soit beaucoup moins vulnerable en raison de sa configuration terrestre stable et plate, des tempetes tropicales humides constituent un danger pour Haiti et d'autres regions au payage de sols accidentes.

L'etude revelait que des pluies tropicales peuvent produire des glissements de terrain et une erosion severe dans les regions montagneuses deplacant ainsi des milliers de tonnes de boue. Ce phenomene peut destabiliser les plaques tectoniques souterraines et enclencher le processus d'un tremblement de terre."De nombreux deversements de pluies peuvent en provoquer le declenchement", declarait Shimon Wdowinski, l'auteur principal de l'etude et professeur associe de recherche en geologie maritime a l'ecole Rosenstiel de Marine et de Science Atmospherique a l'universite de Miami.

Suite aux recherches concentrees sur Haiti et Taiwan l'etude decouvrit que d'importants tremblements de terre  eurent lieu durant une periode de quatre ans succedant a une saison cyclonique tropicale tres humide. Dans le cas d'Haiti quatre systemes tropicaux survenus dans un intervalle de vingt cinq jours pour chacun d'eux submergerent la nation en 2008. Une annee et demi plus tard le 12 Janvier 2010 un tremblement de terre de magnitude 7 devasta le pays.

Les tempetes tropicales de 2008 tuerent plus de 700 personnes, detruisirent 22.702 maisons, ravagerent environ 70% des recoltes et causerent un total de plus d'un billion de dollars de dommages. Le tremblement de terre de Juillet 2010 dont l'epicentre se localisa a 15 milles a l'ouest de la capitale tuerent plus de 200.000 personnes, produisit un million de sans-abris et causa entre $8 et $14 billions de degats.

Wdowinski decouvrit que dans les 50 dernieres annees trois typhons inonderent la region montagneuse de Taiwan. Dans chaque cas, des tremblements de terre survinrent dans un intervalle de quatre ans et etaient tous de magnitude 5 ou plus.

Des tremblements de terre surviennent lorsque des plaques tectoniques au-dessous de la surface terrestre se deplacent et glissent l'une par rapport a l'autre, produisant des contraintes souterraines et creant des failles. Des Scientifiques estiment que 14.000 tremblements de terre surviennent chaque annee soit environ 14 par jour de differentes magnitudes.

Typiquement, 17 ou 18 tremblements de terre majeurs , de magnitude 7 a 7. 9 interviennent chaque anne. Environ un tremblement de terre de magnitude 8 ou plus survient une fois chaque annee deployant une energie equivalente a 790 bombes nucleaires. De nombreux tremblements de terre sont suivis d'un certain nombre de repliques et d'occasionels tsunamis.

"Un tremblement de terre peut survenir n'importe ou dans le monde mais les chances de production d'un important tremblement de terre sont plus grandes a la jonction des plaques tectoniques" selon une declaration de Greg Durocher de l'Institut des releves geologiques americain (USGS). A cause de la localisation de Florida au milieu d'une plaque tectonique le sol souterrain est relativement stable,  declara Wdowinski.

Bien qu;il ne fusse pas provoque par des systemes tropicaux, Florida experimenta un tremblement de terre mineur en 1879 lorsque des placards se detacherent des murs de maisons a Saint Augustine . En Janvier 1880  d'importantes secousses sismiques furent ressenties dans le Key West  a la suite de deux importants tremblements de terre survenus a Cuba.

Generalement des chocs mineurs provenant de tremblements de terre survenus a plusieurs milles de loin sont ressentis dans  l'Etat de Floride. Tel etait le cas en Septembre 2006 quand un tremblement de terre de magnitude 6 eut lieu dans le Golfe du Mexique a enviro 260 milles au sud-ouest de Tampa.

A mon avis deux theories dont l'une soutenue par les chercheurs de l'universite de Miami meritent une analyse profonde concernant leur validite. La premiere est la relation de cause a effet entre la frequence des tempetes et l'apparition d'un tremblement de terre quatre ans apres que ces tempetes eurent ete produites. Dans le cas d'Haiti l'auteur principal de l'etude etablit que la frequence des tempetes tropicales survenue en 2008 en Haiti est la cause du tremblement de terre survenu en juillet 2010 soit un an et demi apres ou dans un intervalle de quatre ans apres. Dans ce cas l'echantillon de saisons pluvieuses  est-il representatif de la population de saisons pluvieuses survenues durant une certaine periode donnee. Dans le cas d'Haiti ne vaudrait-il pas considerer une population de saisons pluvieuses s'etendant de 1770 a 2010, intervalle dans lequel surviennent les tremblements de terre et choisir un echantillon de la population issue de cette periode. De ce fait on pourrait mieux etablir la relation de cause a effet. Se basant seulement sur la saison pluvieuse de 2008 en Haiti  et sur l'existence de 3 typhons survenus au Taiwan durant une periode de 50 ans pour etablir la theorie selon laquelle des tremblements de terre importants surviennent dans un intervalle de quatre ans apres l'occurence d'une saison pluvieuse n'etablit qu'une tres faible correlation entre les deux variables vu la tres faible restriction de l'echantillon choisi. De plus on declare a grand cri et sans reserves que les tremblements de terre se produisent a la jonction des plaques tectoniques ou elles glissent l'une par rapport a l'autre provoquant des contraintes et accumulant des failles. Cependant Florida est situe au milieu et non a la jonction de plaques et cela n'a pas empeche l'apparition de deux tremblements de terre survenus en 1879 et en 1880. Cependant il est a remarquer que la theorie des plaques tectoniques connue sous le nom de tectonisme est recent et qu'il exista d'autres theories auparavant ( mouvement continental, uniformitarism, etc). L'article intitule "Movement of the Earth" dans ce blog en rapporte a ce sujet.


http://www.sun-sentinel.com/news/broward/fl-hurricane-earthquake-pattern-20111229,0,2868728.story